Hommage à Philippe Maillard-Brune
Doyen des pilotes

(par Didier Mahistre)

 

Le doyen des pilotes est allé rejoindre ces camarades de course.

 

 

Le pilote Philippe Maillard-Brune né à Bellevue le 27 février 1910 vient de nous quitter à l'âge de 97 ans, ce 27 août 2007.

 

Il débuta sa carrière en se distinguant dans l'épreuve de Paris-Les Pyrénées-Paris qui se déroula du 16 au 24 juillet 1927. Il avait alors 17 ans 1/2.

Au guidon de sa motocyclette personnelle, une Gnome & Rhône type D "Grand Sport" modèle 1924 de 500cm3, que lui avait offert son père l?année précédente pour ces 16 ans.  Après quelques galères, il ralliait enfin la capitale avec 214 points ce qui lui permit de décrocher la  7ème place du général et la 2ème des indépendants (amateurs). Ce surprenant résultat lui valut, outre le diplôme et la médaille d'argent de l'épreuve, les honneurs de Moto Revue mais surtout la reconnaissance de ses aînés comme Bernard et celle de la maison Gnome & Rhône qui lui confia le guidon de machines usines type D2 et D4.

Après de nombreuses victoires en endurance entre 1928 et 1930 pour la maison Gnome & Rhône, l'ingénieur de l'école Breguet Philippe Maillard-Brune pilota une étonnante et éphémère Royal Sport à moteur Pauvert avec laquelle il décrocha une 3ème place lors du Grand Prix de France sur l'autodrome de Linas-Monthléry derrière Roland sur Rovin San Sou Pap et devant Sourdot et Hommaire, les as de la maison Monet & Goyon. Excusez du peu !

C'est le 21 mai 1932 que sa carrière motocycliste s'acheva par une victoire au Circuit d'Endurance d'Artois... mais il n'en avait pas pour autant finit avec l'autodrome de Linas-Monthléry et les motos.

 

Maillard / Gnome-Rhone D Grand Sport, doc. D.Mahistre

Philippe Maillard-Brune, vient de recevoir pour ces 16 ans cette magnifique Gnome & Rhone D "Grand Sport"

 

A cette époque son chemin croise celui de François Candelier, le fondateur et patron de Moto Comptoir, qui le prend sous son aile comme commercial. C'est ainsi qu'eut avoir lieu fortuitement la rencontre entre Philippe Maillard-Brune et l' "Empereur du chocolat", Jacques Menier (1892-1953) ce qui donna naissance à l'une des plus grandes écuries automobile d'avant guerre. Pendant 2 ans, de 1934 à 1936, l'Ecurie Menier, bénéficiant de l?appui de la maison anglaise MG et de Moto Comptoir qui fournissait les voitures (Midget J.4, Magnette K.3, type R) permit de remporter de nombreuses courses prestigieuses (La Turbie, Mont Ventoux, Bol d'Or?) et d'établir les records du monde de vitesse...). 

Ayant perdu le soutien de Cecil Kimber et de MG, l'Ecurie  Menier poursuivit ses conquêtes sportives seule pour les épreuves de vitesses et avec Delahaye (557 spécial) pour celles d'endurance et avec laquelle il achèvera sa carrière en 1939.

A la dissolution de l'Ecurie Menier en décembre 1936, Philippe Maillard-Brune prit comme mécanicien un certain Amédée Gordini (1899-1979) et quelques temps plus tard, ce dernier l?engagea à son tour comme pilote de l?équipe qu?il avait créée avec l?appui de la toute jeune maison SIMCA, née en 1934. C?est ainsi qu?il participa aux fameux records du monde sur SIMCA Cinq des 2000miles ; 3000, 4000 et 5000km et 48h sur l?autodrome de Linas Montlhéry?

 

Maillard / MG R10, doc. trasmis par D.Mahistre

 

PH. Maillard-Brune au volant d?une très rare M.G. type R, 10 exemplaires construits, sur l?anneau de Montlhéry avec laquelle il vient de reporter le Grand Prix de France catégorie « 1 100cm³ sans compresseur et 750cm³ avec compresseur ».

 

Lors de la Seconde guerre mondiale, Philippe Maillard-Brune rencontre M. Letouret du Comité d?Organisation de l?Automobile et le 1er avril 1944, il est embauché comme chef d?exploitation de l?autodrome de Linas-Montlhéry le même jour où fut créé sur ce site, le Centre d?Etudes Techniques de l?Automobiles et du Cycles (C.E.T.A.C) qui devint en 1947, l?Union Technique de l?Automobile, du Motocycle et Cycles (UTAC). Il ne quittera plus cet autodrome jusqu?en 1976 après 32 ans de bons et loyaux services?

En 1963, il fut nommé Directeur de l?autodrome de Linas-Montlhéry et permit à un certain Serge Pozzoli d?ouvrir l?autodrome à la première manifestation de véhicules de collections? en 1968. Bien d?autres suivirent?

Enfin, il ne quitta jamais ses amours de jeunesses - les motocyclettes - puisqu?il officia dès après guerre au sein d?abord de la commission technique de la Fédération Française de Motocyclisme avant d?en prendre la direction en janvier 1960 et comme membre de la commission technique de la Fédération Internationale de Motocyclisme?

 

Philippe Maillard-Brun, Doc.Transmis par D.Mahistre

 

Il était officier de l?Ordre National du Mérite (remis au Sénat le 13 février 2006), titulaire de la Croix du Combattant 39/45 et de la Grande Médaille d?Or du Travail.

 

Chapeau bas et bonne route là-haut Monsieur Philippe Maillard-Brune.

 

 


Sommaire
 
Me joindre